Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison offerte à partir de 70€ d'achat en France

Un baume éclat jardin d'été 30mL offert dès 100€

Le paiement en 3 fois sans frais disponible dès 150 €

journal

Rencontre avec Marion Guillet

Peux-tu te présenter?


Je suis une passionnée, j’espère être une personne céeative et ouverte de 29 ans, j’ai deux nationalités, je parle quatre langues et demi.
C’est sûrement comme ça que j’aimerais me définir! Et bien sûr le surf prend beaucoup de place dans mon quotidien, j’ai déménagé pour en faire tous les jours, je voyage pour le surf, j’y rencontre des amis, je le partage avec mes proches.J’aime essayer de nouvelles choses, continuer d’apprendre… Je me suis formée au yoga en 2019, je prends des cours de langues, j’ai pris beaucoup de cours de surf, maintenant j’aimerais apprendre le ukulele, je ne suis pas du tout douée en musique et j’ai toute une liste de choses à apprendre encore!

Marion, tu es née et tu as grandi à Madagascar, quelle place à cette culture dans ta vie ?

Je suis très contente d’avoir deux cultures, en ce moment ma culture française est dominante,
mais je suis née à Madagascar et y ait passé 18 ans,
je ne connaissais pas l’hiver français, et ça a été un vrai choc à l’arrivée! C’est une île vraiment spéciale, l’Histoire, les rites, la langue, et les personnes en général y sont vraiment fascinants.
Et surtout de pouvoir avoir ces deux points de vue c’est très enrichissant.
D’un côté un monde très sophistiqué, et de l’autre un monde qui m’apprend à ne pas m’attacher au matériel.
Madagascar est une île extrêmement sauvage, et belle,
mais on garde à l’esprit que c’est un des pays les plus pauvres au Monde et que la population en souffre beaucoup.
J’ai vécu depuis à Paris, Berlin, Barcelone, Lisbonne, mais je peux toujours rester en brousse pendant des semaines, avec plein d’insectes, sans eau courante, une chaleur humide. J’aime bien ces deux côtés de ma personnalité !

Qu’est-ce qui t’inspire au quotidien ?

Mes voyages me donnent de nouvelles idées.Mes amis qui ont de super projets, et les rencontres à Biarritz, ici les gens croient fort en leurs projets, je trouve ça génial, je pense à @jazzclubstudio, @graineclothing @thesunandthemoon___, @casaviel et beaucoup d’autres. Les réseaux sociaux nous donnent accès à tellement d’inspirations aussi, design, architecture, mode, beauté… 

Parle-nous de Compotier Studio que tu as fondé avec l’une de tes amies.

J’adore la nourriture, les bonnes choses, être à table, et recevoir a toujours été quelque chose que j’adorais. J’ai commencé à chiner de la vaisselle pour chez moi, puis finalement j’ai eu envie de partager ça. On trouve de vrais trésors qui ont été délaissés, qui ne servaient plus, et on leur redonne de la valeur, finalement j’adore les assiettes ébrechées, et j’essaye de m’imaginer à qui ces objets appartenaient. A la première demande pour un mariage, j’ai demandé à mon amie de me rejoindre sur le projet, elle a beaucoup de goût et aime l’originalité, et c’est plus drôle de chiner à deux quand on part en mission !On est vraiment très contente de ce projet qui nous permet d’exprimer notre creativité, qui nous apprend beaucoup de choses, nous fait rencontrer des personnes géniales et puis après avoir dressé la table sur un shoot, souvent on y mange aussi de bonnes choses nous même !

Vous dénoncez avec brio l'hypersexualisation dans le marketing du surf
mais ne qualifiez pas pour autant le festival de « féministe » pourquoi ?

On pense qu’aujourd’hui malheureusement, tout à besoin d’être très étiqueté, on nous a d’ailleurs reproché de ne pas nous revendiquer féministe.
Les mots que l’on veut mettre en avant et qui nous définissent c’est l’inclusion, le social, l’associatif.
Pour nous ce sont ces termes que l’on veut mettre en avant, et évidemment le féminisme en fait partie mais on ne voulait pas
qu’il y ait uniquement que ce mot qui ressorte par ce que pour nous le Queen c’est tellement plus que juste défendre la place de la femme dans les milieux sportifs. On tente à une échelle locale une reflexion sur l’accessibilité d’un élément naturel, en l’occurence l’océan.
Est-il vraiment accessible à tous ? car quand l’on regarde le prix d’un loyer, hotel, airbnb ou d’un cours de surf à Biarritz on peut en douter.
Et donc se pose la question de l’accessibilité au surf, à sa représentation à ce qu’il véhicule ? Cette année dans l’un des podcasts que nous organisons nous parlons de la combinaison comme d’un uniforme qui pourrait empêcher cette distinction économico- social mais est-ce vrai pour autant ?
Ce sont ce genre de questionnements qui nous interroge et qui pousse l’association à ouvrir des débats, des ponts.

Articles récents

Les essentiels d'été de l'équipe Alaena

Le rituel d'Anita, chargée de communication Je suis une grande adepte du Masque Hydratation Intense, ultra nourrissant à la texture gourmande, qui nourrit et redonne de l'éclat à ma peau sèche. Pour...

Plus

3 échantillons

de votre choix se glissent dans votre commande

Expédition 48 h

hors week-end et jours fériés

Paiement sécurisé

Visa, Mastercard, Paypal Paiement en 3 fois sans frais disponible à partir de 150 €

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.